Portrait d'artisan

L’art de travailler le cuir

Abdel Ghani, 59 ans, a fait du cuir sa spécialité. Il confectionne dans son atelier de l’ancienne Medina des sacs à main, des ceintures, des cartables et de la petite maroquinerie. Rencontre.

Quelle histoire se cache derrière vos produits ?

Nous sommes une famille d’artisans, j’ai appris ce métier millénaire de mon père qui l’avait lui même hérité de son père. Il m’a transmis son savoir-faire traditionnel, riche et diversifié, et m’a enseigné les techniques de base pour travailler le cuir comme le poinçonnage, la préparation du fil, la teinture ou encore l’abat-carrer, le fait de tailler en biseau pour arrondir le bord d’une pièce de cuir).

Où trouvez-vous votre inspiration ?

Je trouve mon inspiration dans les anciens modèles confectionnés par mon père, qui a fait le choix de travailler intégralement à la main. Ce savoir-faire traditionnel et le respect des gestes ancestraux m’inspirent. Mon imagination joue également une partie importante dans mes créations.

Quelles sont vos matières de prédilection ?

Je travaille principalement le cuir de chèvre, le cuir de vache, le cuir de veau et fil de Raphia.